Accès Rapide
S'identifier

Lja.fr : le site d’information en prise directe avec l’actualité des cabinets d'avocats et des directions juridiques. Chaque jour, l’actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d’experts.

Comprendre notre cycle émotionnel en tant de crise

Par Stéphanie Bertacchini - Deinceps

Nous traversons actuellement une période de crise. Face à cette dernière, nos ressentis sont nombreux : certains sont en colère, d’autres sont tristes, nostalgiques, anxieux, d’autres encore sont soulagés, joyeux, en ébullition.  Subis ou souhaités, des changements s’en suivent. Ils nous bouleversent et nous déstabilisent. 

La courbe du changement apporte un éclairage intéressant pour comprendre les différentes phases par lesquelles nous passons en cette période de crise. 

Originellement, cette courbe est appelée courbe du deuil. Elle est inspirée des travaux d’Elisabeth Kübler-Ross, psychiatre helvético-américaine,  pionnière de l'approche des soins palliatifs pour les personnes en fin de vie. En étudiant le processus de deuil, cette dernière a constaté que les personnes en fin de vie passaient par plusieurs phases, sans qu’il y ait nécessairement de linéarité. Chaque individu navigue ainsi d’une étape à l'autre à son propre rythme, il en traverse certaines plus rapidement que d’autres et peut parfois rester bloquer dans l’une ou l’autre  de ces phases.  

Cette courbe s’applique également à toute période de crise et de changement, ces périodes comprenant en effet une phase de deuil : l’individu doit renoncer à un état antérieur.

La phase du déni

La première phase est celle du déni. Lorsque nous apprenons qu’un événement irréparable   se produit, de manière instinctive, une fois passé le choc, nous nous réfugions dans le déni : « Non, ça n’est pas possible, ça ne peut pas m’arriver, ça ne me concerne pas ». Nous refusons de prendre conscience de la disparition de l’état antérieur et évitons ainsi de ressentir de l’anxiété, du stress, de la peur.

Au sortir de cette phase la peur laisse place à la colère : nous commençons à prendre conscience de la modification imposée de notre existant et cela nous met en colère : « C’est injuste ; je ne comprends pas que cela m’arrive ; vous êtes des incapables ».

Une fois dépassée la colère, nous tentons de négocier avec les nouvelles données.  « D’accord, le système a évolué, voyons comment je pourrais m’y retrouver ».

Le risque lié à cette phase est de tout mettre en œuvre pour reproduire l’état antérieur : adopter un comportement hyperactif, déployer maintes stratégies pour revenir à ce que l’on connaissait sans prendre en compte la modification du système.

La phase du repli

La seconde phase est celle du repli. Elle s’accompagne d’une grande tristesse. Se sentant incapable d’évoluer avec les nouvelles composantes, l’individu se met en retrait. Le risque lié à cette phase est celui de l’isolement « ça ne vaut pas la peine ; je n’y arriverai pas ; c’est trop dur ».

La phase de l’acceptation

La troisième phase est celle de l’acceptation. Désormais, l’individu accepte de renoncer au passé et de se tourner vers le présent et l’avenir. Cette phase s’accompagne elle aussi d’une importante tristesse voire d’une nostalgie. C’est la fin d’un cycle, d’une période. Les risques liés à cette phase sont de deux ordres : la paralysie. « Je ne sais pas par où commencer » ; la fuite en avant « j’ai plein d’idées, je vais toutes les mettre en œuvre ».

La phase de la décision  

Vient ensuite la phase de la décision. Durant cette phase, l’énergie se renouvelle et de nombreux options apparaissent. Malgré l’énergie retrouvée, la peur reste présente : peur d’échouer, peur de réussir. L’individu tente, expérimente avant de prendre une décision, de s’arrêter sur un projet. Le risque lié à cette phase est celui de vouloir aller trop vite et de ne pas prendre le temps de construire et d’expérimenter.

Conscientiser ces différentes phases, prendre le temps de se situer sur cette courbe lorsque l’on a affaire à un changement – plus encore lorsque ce changement nous est imposé – permet de mieux comprendre les raisons pour lesquelles nous pouvons parfois résister, de se mettre dans une logique d’acteur et in fine d’évoluer avec plus de sérénité.

Rapport SPAC du Club des juristes

- 419 vues

Le Club des Juristes annonce la publication d’un rapport, intitulé Paris : place financière en première ligne pour les SPAC....

Quatre cabinets sur le LBO de PSIH

- 429 vues

L’éditeur de logiciels de santé lyonnais PSIH passe sous le contrôle de Lauxera Capital Partners, qui devient actionnaire majoritaire,...

Ouverture du cabinet Key Lawyers

- 633 vues

Key Lawyers vient d’ouvrir ses portes à Paris, au 34 rue La Pérouse, dans le 16e arrondissement. Un nom qui est la traduction littérale...

TGS promeut Claire Cambernon

- 535 vues

Claire Cambernon, 44 ans, devient associée et prend la direction du bureau TGS France Avocats de Lille.

Rapport SPAC du Club des juristes

- 419 vues

Le Club des Juristes annonce la publication d’un rapport, intitulé Paris : place financière en première ligne pour les SPAC....

Le private equity bat des records

- 563 vues

L’étude menée par Dechert et Mergermarket, dans son rapport annuel Global Private Equity Outlook, révèle que le montant...

Maître Maurice Garçon, artiste

- 572 vues

Gilles Antonowicz, avocat Marseillais, signe un ouvrage sur son illustre confrère, Maurice Garçon, qui sous le pseudonyme de Jules Mauris,...

GreenTech

- 564 vues

Simmons & Simmons annonce le lancement de la première édition de l’initiative GreenTech, qui vise à accompagner les start-up...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

La Lettre des Juristes d'Affaires se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à la LJA

Je m'abonne